TOP

Château de Sorel-Moussel – Dreux

La maison et son histoire

Antique motte féodale surplombant l’Eure, demeure princière au 17e siècle, puis propriété du roi Louis-Philippe

Depuis sa fondation, sur une élévation en bordure de l’Eure (affluent de la Seine), le Château de Sorel-Moussel semble avoir toujours appartenu à des familles influentes. Des familles à ce point proches du pouvoir que le beau castel, à la lisière de l’ancienne Île de France, eut à subir bien des revers de fortune à chaque changement de régime. Rarement château passa-t-il autant de main en main, détruit, reconstruit, abandonné puis ré-habité à nouveau… Les vestiges qui témoignent de son acharnement à rester en vie en sont d’autant plus émouvants. Offrez-vous un séjour inoubliable dans les replis de l’histoire de France.

Château de Sorel Moussel

© Château de Sorel

Se protéger contre les raids Vikings

Au 10e et 11e siècles, les guerriers du Nord remontent les cours d’eau de plus en plus profondément dans le pays, terrorisant les habitants des villes qu’ils pillent sur leur passage. Le promontoire de Sorel, en aval de Dreux sur l’Eure, offre une position de repli stratégique en cas d’attaque surprise. La motte qui s’y dressait probablement à cette époque (petite tour édifiée sur une élévation palissadée de bois) est un fief des seigneurs du Thymerais (Châteauneuf). Le site est progressivement fortifié par la construction d’un donjon et de remparts de pierre et devient possession de Gervais, grand sénéchal de France. Le château-fort sera malheureusement détruit au 13e siècle par le comte de Dreux, avant d’être reconstruit par son neveu.

Choisir son camp…

Château de Sorel Moussel

Le portail de 1611 © Château de Sorel

Au 14e siècle, la fortification appartient à Pierre d’Alençon, descendant de Saint-Louis, aux familles de Laval puis d’Albret au 15e. Le château renforce, sous Louis XI, le système de défense de l’Île de France contre les attaques anglaises.
Il devient la propriété de Pierre Séguier au 16e siècle. Eminent juriste, le nouveau seigneur de Sorel est le « président à mortier » du Parlement de Paris (un des plus hauts magistrats de France sous l’Ancien Régime). Hélas pour le château, devenu entretemps manoir de plaisance, son fils prendra parti durant les guerres de religion pour le très protestant roi de Navarre (futur Henri IV de France), provoquant la colère de la Ligue catholique et la destruction du domaine. C’est son successeur qui reconstruira la noble demeure au début du 17e siècle, dans le style qu’on lui connaît aujourd’hui. Elle comporte alors un large bâtiment central de pierres blanches et de briques, couvert par de hautes toitures et flanqué de deux pavillons perpendiculaires à ses extrémités. Le très élégant portail sera édifié à la génération suivante.

Château de Sorel Moussel

Vue d’artiste récente du château © Château de Sorel

Cessions et désintérêt

Les 17e et 18e siècles vont voir se succéder un grand nombre de propriétaires différents au château, souvent de très noble extraction : le duc de Luynes, la famille Dyel du Parquet, le financier Crozat, le prince d’Anet et comte de Dreux, la princesse Anne de Condé, la duchesse du Maine, le prince Dom et le comte d’Eu puis le duc de Penthièvre. Mais les salons du domaine, de féodale mémoire, sont progressivement délaissés au profit de ceux du Château d’Anet dans la vallée, ancienne demeure de Diane de Poitiers, la maîtresse du roi Henri II. Il est même question de céder le Château de Sorel à des démolisseurs, pour le prix de ses matériaux de construction

Château de Sorel Moussel

Plan du domaine en 1772 © Château de Sorel

De la Révolution aux Orléans

Duchesse_d_Orleans_1776

Portrait de la duchesse d’Orléans en 1776, par L.E. Rioult

Ce sont finalement les révolutionnaires qui chassèrent les propriétaires de la vieille demeure (1789), l’abandonnant aux marchands de pierres, de briques et de fer forgé. Il fallut attendre 1820 pour que la duchesse d’Orléans, fille du dernier propriétaire, le duc de Penthièvre, revenue d’exil à la chute de Napoléon, rachète les ruines du château qu’elle avait connu jeune fille. Seul un des deux pavillons (celui qui abritait la vieille dame chargée de surveiller la démolition) et le portail tiennent encore debout. Son fils, devenu le roi Louis-Philippe, souhaite remettre en état ce qui subsiste de la propriété familiale, pour y installer l’inspecteur de la forêt de Dreux.

Un classement providentiel

Château de Sorel -Moussel

© Séraphin-M. Mieusement

Les biens de la famille d’Orléans sont confisqués en 1848, après la chute de la Monarchie de Juillet. L’Administration des Forêts envisage la démolition du vieux château, mais son classement comme monument historique en 1862 le sauve de la destruction. Sorel revient à la famille d’Orléans en 1872, qui y fera faire d’importants travaux de restauration (à l’identique).
Hélas, le « Vieux Château », éprouvé pendant les deux guerres, ne sera plus habité. Vandalisé, livré aux intempéries et assailli par la végétation, le pavillon rescapé n’est plus que l’ombre de lui-même quand l’architecte des biens du comte de Paris, le comte de Bazelaire, décidera de les racheter en 1952.

C’est lui qui entreprendra les travaux de préservation et de remise en valeur de l’ensemble du site, dont les douves sèches et le parc. On lui doit notamment le « Pavillon des Oiseaux », édifié dans le style et avec des matériaux d’époque. Audoin de Bazelaire, qui gère le domaine aujourd’hui, est son petit-fils.

Château de Sorel Moussel_Douves

Les douves sèches du château © Château de Sorel

intoHistory TipEn réalité, le château était dans un tel état de délabrement en 1952, lorsque le comte de Bazelaire effectua une visite sur place avec le comte de Paris, que ce dernier décida de le lui offrir en échange de quelques arbres coupés dans le parc ! Il faut dire que la hauteur des tas de décombres était impressionnante, tout comme celle de la végétation, dissimulant jusqu’à la magnifique vue sur la vallée…

Un site magique pour des vacances en famille, entre Paris et Normandie

Château de Sorel Moussel escalier

© Château de Sorel

Ce qui est exceptionnel, à Sorel (en particulier dans le Vieux Château), c’est de pouvoir s’inviter dans une demeure qui hébergea tant de personnages importants dans l’histoire de France. De s’approprier pendant quelques jours les espaces de ce domaine à la destinée si mouvementée. L’élégance de la construction, la noblesse des matériaux utilisés, la qualité de leur mise en œuvre et l’harmonie des volumes sont un pur régal pour les sens. Sans oublier les jardins à la française et à l’anglaise, la vue imprenable sur l’Eure et ses étangs, ainsi que la merveilleuse Forêt domaniale de Dreux, toujours giboyeuse.
Le site n’est pas réservé aux nostalgiques de l’Ancien Régime et habitués des réceptions aristocratiques : un séjour à Sorel se décline sur le mode de la simplicité, presque à l’ancienne (sans les domestiques). Une expérience avant tout conviviale, qui permet à deux familles de partager d’inoubliables moments de détente sur la terrasse ensoleillée ou au coin du feu.

Château de Sorel Moussel Salon

Chambre-salon-bureau au premier étage du Vieux Château © Château de Sorel

Poursuivre la lecture

Équipements


Un code d’accès et un mot de passe sont nécessaires pour l’accès à l’espace privé du site web : chateau – sorel

  • 2 pavillons à louer à la semaine (7 et 10 lits), ensemble ou séparément
  • Tarifs variables selon la saison (voir Tarifs 2015 FR)
  • Wifi / TV / vidéoprojecteur / magnétoscope / chaîne HiFi
  • Cuisine équipée / machine à laver
  • 5 cheminées à feu ouvert (bois à volonté), bibliothèque, terrasses
  • Jardin à la française, parc à l’anglaise, barbecue, ping-pong
  • Dégustation de vins fins
  • Le château est loué pour des mariages les week-ends de fin mai à fin juillet et de fin août à fin septembre
  • Langues parlées : français et anglais
  • Le pavillon « Vieux Château » est fermé du 1er novembre au 1er avril
  • Ville et gare la plus proche : Dreux (14 km)
  • Train de Banlieue parisienne à Houdan (département 78 à 18 km)
  • Accès facile de Paris : autoroute de Normandie A13 (sortie Mantes-la-Jolie) ou via A12, puis N12, sortie Houdan, direction Anet)
  • Parking privé
  • Aéroport Paris-Orly : 80 km
  • Non accessible aux moins valides
  • Familles et enfants bienvenus (dortoir commun dans le grenier cathédrale)
  • Animaux de compagnie bienvenus
  • Espace fumeurs

À voir dans les environs

Le Château de Sorel est idéalement situé pour les amateurs de nature et de patrimoine. La Forêt domaniale de Dreux offre, juste au-delà du portail de la propriété, de splendides balades en forêt. L’Eure, quant à elle, se prête à merveille à la découverte des environs ou à la pratique de sports nautiques.

Chateau_Anet_France

Portail d’entrée du Château d’Anet © Château de Sorel

Le Château d’Anet, à quelques minutes en voiture, est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance.

Dreux_Chapelle-royale

Gisant du Comte de Beaujolais à la Chapelle royale de Dreux © Stéphane Martin

Vous admirerez à Dreux la Chapelle royale, édifiée après la Révolution à la mémoire des défunts de la famille d’Orléans. Les vitraux de Sèvre, dessinés par le peintre Jean-Auguste Ingres, sont remarquables, ainsi que les vingt gisants, œuvres des meilleurs sculpteurs romantiques de la seconde moitié du 19e siècle. Chartres, à 50 km, vous fera rêver par son extraordinaire cathédrale. Vous pourrez aussi visiter l’inspirant château de Maintenon (38 km), demeure de la seconde épouse (secrète) de Louis XIV.

Chateau_de_Maintenon

Château de Maintenon © Tim Kelly

Versailles et son palais sont à peine plus éloignés, tout comme Rouen et Paris. Et si 200 km de ne vous effraient pas, les châteaux de la Loire et les côtes normandes vous tendent également les bras…

A lire, regarder ou écouter

Pour apprécier pleinement l’atmosphère d’époque du Château de Sorel, n’hésitez pas à enrichir votre séjour par quelques lectures (rien ne vaut un bon roman dans l’histoire pour faire revivre un décor ancien). Un film peut aussi stimuler l’imagination, tout comme l’écoute de certains morceaux musicaux vous transporter très efficacement dans le temps…

Quelques suggestions:

Livres à savourer pendant votre séjour

  • « La Duchesse d’Orléans« , par Michel de Decker
    Etonnant destin que celui de l’héritière du Château de Sorel, mariée au duc de Chartres « Philippe-Egalité » qui fera d’elle la mère d’un roi de France, Louis-Philippe. Entre un mari infidèle, des enfants aux idéaux révolutionnaires, les persécutions de la République, la prison, l’exil en Espagne, la fuite de ses enfants aux Etats-Unis et les disputes avec son aîné, qu’elle ne verra jamais monter sur le trône, l’histoire ne s’est pas montré tendre envers Marie-Adélaïde de Bourbon…
  • « La Princesse de Clèves« , par Madame de La Fayette (1678)
    Ce récit d’une grande finesse psychologique est aussi un des tout premiers romans dans l’histoire. Il évoque la passion déchirante de Mademoiselle de Chartes pour le duc de Nemours, à l’époque du roi Henri II. Les intrigues politiques, sociales et amoureuses de la cour y sont évoquées dans la langue des sentiments, dans un style élégant, bien qu’abordable. Une excellente façon de se plonger dans l’ambiance du Château de Sorel au 16e siècle, fréquenté déjà par de nombreux courtisans. En filigrane transparaît d’ailleurs aussi le Grand Siècle de Louis XIV qui est celui de l’auteur et de la période faste du château. Un classique.

Films à regarder avant de partir

  • « L’Allée du Roi« , par Nina Companéez (1995)
    Tiré de l’admirable roman de Françoise Chandernagor, ce film évoque la vie de Françoise d’Aubigné, veuve du poète Scarron, puis gouvernante des enfants que Madame de Montespan donnera à Louis XIV,  plus connue sous le nom de Madame de Maintenon. Elle entretiendra une longue histoire d’amour avec le roi, qu’elle finira par épouser secrètement après le décès de la reine. De très nobles sentiments et des dialogues d’une grande poésie. Un peu vieilli, mais toujours émouvant. Pour l’air d’une époque plus que pour le lien direct avec le Château de Sorel (extrait).

Musiques (d’époque) à apprécier sur place

  • « Le Concert des Consorts« , par Pierre Guédron
    Compositeur célèbre à l’époque des rois Henri IV et Louis XIII, dont il devient le surintendant de la musique, Pierre Guédron composa de nombreux airs de cour, qu’on joua probablement au Château de Sorel fraîchement reconstruit. Ses créations sont typiques de la monodie en France et comportent beaucoup d’airs chantés.

 

Pour votre facilité, plusieurs liens ci-dessus renvoient vers la description des œuvres sur Amazon. Si vous décidez d’en acquérir l’une ou l’autre via cette plateforme, intoHistory percevra une (petite) commission qui l’aidera à couvrir ses frais de fonctionnement.

Donnez votre avis

Merci de remplir tous les champs (votre adresse mail ne sera pas rendue publique)

Authenticité historique
Cadre et atmosphère
Qualité de l accueil
Niveau de confort

17e siècle Château Gîte/Location saisonnière Plus de 2000€/sem.

Séjour à l'ancienne

Château de Sorel-Moussel
Audoin de Bazelaire
rue du Château
28260  SOREL-MOUSSEL
France
+33 6 29 84 15 31
Site web du château
Login : chateau
Pass : sorel

LISEZ NOS ARTICLES