TOP

Bastogne 1944

Par Laura Goedert et Martin Cugnon

Le nouveau Bastogne War Museum : commémorer, comprendre et revivre la bataille

Bastogne, ou le « trou dans le donut » comme les Américains ont appelé cette ville belge lors de l’hiver 1944, est depuis de nombreuses années synonyme de Bataille des Ardennes. On se souvient que Bastogne fut encerclée par les troupes allemandes lors de ce terrible hiver, subissant un effroyable siège entre le 21 et le 26 décembre. Si les actes héroïques des défenseurs américains figurent toujours dans les livres d’histoire, la dévastation de la ville reste une page très sombre pour ses habitants. 70 ans après, Bastogne perpétue encore et toujours la mémoire de ces événements avec l’ouverture d’un tout nouveau musée, le Bastogne War Museum, fruit de la dernière génération des techniques muséales et scénographiques.

Bastogne_War_Museum_Belgium

Le Bastogne War Museum propose au visiteur une remise en contexte immersive et interactive des causes, événements et conséquences de la Seconde Guerre mondiale, à travers le prisme de la bataille des Ardennes © Bastogne War Museum

Une ville attestée dès le haut Moyen-Âge

Bastogne_Musee_en_Piconrue

Musée en Piconrue © Claudy Raskin

Bastogne a un passé plus que millénaire à raconter, bien avant les événements de la Seconde Guerre mondiale. Les amateurs d’art et d’histoire pourront ainsi profiter de leur séjour pour visiter le musée en Piconrue, véritable vitrine de la culture ardennaise et de son patrimoine immatériel. Une nouvelle exposition permanente, construite sur la thématique des âges de la vie, propose depuis peu un parcours de référence entièrement modernisé, enrichi et remodelé.

Bastogne_Porte de Treves_Belgique

La Porte de Trèves est un des seuls vestiges de l’enceinte médiévale de la ville © Ester Westerveld

A deux pas de là, l’Eglise Saint-Pierre avec ses styles architecturaux successifs (roman et gothique) et sa belle couronne de lumière du 17e siècle témoigne des vicissitudes de l’histoire. Elle fut restaurée avec soin dans les années 1950. Vous y profiterez d’un moment de repos et de sérénité.

Bastogne_Eglise_Saint_Pierre_Belgique

La belle voûte polychrome de l’église Saint-Pierre, typique du gothique flamboyant, date de 1536 © Galilée

Décembre 1944 : tenir à tout prix

Aujourd’hui, c’est surtout pour le rôle qu’elle a joué dans la Bataille des Ardennes (Battle of the Bulge) que Bastogne est connue du grand public. La résistance héroïque des unités américaines et le célébrissime « Nuts » du général McAuliffe ont contribué à faire de la ville un pôle d’intérêt important pour les visiteurs de toutes nationalités. C’est devenu un lieu de mémoire incontournable, notamment pour les Américains.

Offensive_von_Rundstedt_1944

Plus de 200.000 soldats, 1600 canons, 340 tanks (dont les invincibles « Tigre II » de la photo) et 280 véhicules blindés prirent part à l’assaut du côté allemand © 5 SS Wiking

Bastogne_Bataille_des_Ardennes_1944

La ville après la bataille © ww2today.com

L’offensive de grande envergure lancée le 16 décembre 1944 par le Generalfeldmarschall von Rundstedt devait permettre à l’Allemagne nazie de renverser le cours de la guerre après le débarquement allié. Rapidement encerclée par les blindés allemands et les milliers de soldats qui les suivaient, la ville est défendue dans des conditions dantesques par des troupes américaines mal équipées, au creux d’un des hivers les plus rudes vécus dans la région.

Bastogne_Bataille_des_Ardennes_1944

La Bataille des Ardennes fut, pour les Américains, la plus meurtrière de toute la Seconde Guerre mondiale © thinglink.com

L’érection du Mardasson

Dans l’euphorie de la victoire alliée quelques mois plus tard, les habitants de Bastogne émettent le souhait de commémorer la terrible bataille de l’hiver 1944, qui les a si profondément marqués. Dès 1946, la ville de Bastogne entame ce travail de mémoire avec la pose de la première pierre d’un monument colossal sur la colline du Mardasson.

Bastogne_War_Museum_Mardasson

Cette affiche annonçant la pose de la première pierre du mémorial du Mardasson le 4 juillet 1946, jour de “l’Independance Day », traduit bien l’esprit de gratitude de la population et des autorités envers les « libérateurs américains » © Bastogne War Museum

La construction s’achève en 1950. L’édifice commémoratif a la forme d’une étoile à cinq pointes, comme celles du drapeau des USA et des véhicules des libérateurs. Le nom des 50 états américains figure en lettres de bronze sur le pourtour du monument. Ceci posa d’ailleurs quelques problèmes aux concepteurs, puisque les Etats-Unis n’en comptaient que 48 au moment de l’élaboration des plans. Les insignes de chaque unité ayant combattu sont également représentés, tandis que l’histoire de la bataille est inscrite en lettres d’or à l’intérieur du monument. Au centre, une citation latine est gravée sur un bloc de marbre : Liberatoribus Americanis Populus Belgicus Memor (le peuple belge se souvient des libérateurs américains).

Bastogne_Mardasson_Belgique

Le Mardasson à Bastogne © Jeroen Fossaert

Le centre du monument et sa dalle commémorative © RobertG-NL

Le centre du monument et sa dalle commémorative © RobertG-NL

C’est surtout le sommet de ce mémorial, accessible via un escalier en colimaçon, qui retient l’attention des passionnés d’histoire. Situé au sommet d’une colline, le monument offre une vue imprenable sur les villages alentours et le périmètre de défense. Une carte, à chaque pointe de l’étoile, détaille aux visiteurs les points-clés du paysage, ainsi que la position des unités combattantes et les mouvements de troupes à chaque étape importante de la bataille. Ceux qui ont la chance de s’y retrouver avec un guide passionné recevront probablement le meilleur cours d’histoire sur le siège de Bastogne…

Bastogne_Mardasson_Belgique

Les positions alliées se déploient sur plusieurs kilomètres autour de Bastogne © Chris Brooks

La crypte des cérémonies pieuses

Bastogne_1944_Mardasson_Crypte_Fernand_Leger

La chapelle catholique © Ester Westerveld

En contrebas du Mardasson, une crypte décorée de mosaïques multicolores, réalisées par l’artiste français Fernand Leger, accueille des cérémonies commémoratives dans les trois confessions les plus répandues du monde occidental à l’époque : le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme. C’est à cet endroit, lors de l’inauguration du monument, que les autorités ont rendu hommage aux soldats tombés au combat, jeunes pour la plupart. A l’heure actuelle, la crypte permet toujours aux familles de célébrer la mémoire d’un disparu ou, de manière plus anonyme, de se recueillir en pensant aux nombreuses autres victimes de cette bataille meurtrière. De petites boites métalliques ne manqueront pas d’attirer votre curiosité. Il s’agit d’urnes contenant de la terre prélevée sur les lieux de combat.

Bastogne_1944_Commemoration_Veterans

De nombreux vétérans continuent à honorer la mémoire des combattants décédés à Bastogne © U.S. Army

Le travail de mémoire

Plusieurs musées viennent s’adjoindre au mémorial dans les années qui suivent et Bastogne devient le symbole de la résistance à l’Offensive des Ardennes. En 1976, année du bicentenaire de l’indépendance des Etas-Unis, un tout nouveau musée est inauguré à deux pas du Mardasson. Le bâtiment, entièrement recouvert d’ardoises et adoptant la même forme d’étoile que le mémorial, abrite des collections provenant de divers horizons, dont un grand nombre de dons effectués par les vétérans eux-mêmes. Le succès est au rendez-vous.

Bastogne_Historical_Center

Le Bastogne Historical Center, aménagé dans les années 1970 © Chris Friese

Le Bastogne Historical Center finit malheureusement, quelques années plus tard, par prendre un coup de vieux. Le nombre de ses visiteurs décroît sérieusement. La décision est prise, lors du 60e anniversaire de la bataille en 2004, de développer un nouvel espace muséal, moderne et ambitieux.

Comprendre, prendre conscience et ressentir

Le Bastogne War Museum est inauguré en 2014. Il offre une immersion non seulement dans l’histoire de la Bataille des Ardennes, mais également dans le contexte général de la Seconde Guerre mondiale.

Bastogne_War_Museum_Belgium

L’originalité du parcours du musée est de présenter toujours en parallèle le point de vue de quatre protagonistes bien différents

Le visiteur y découvre l’Histoire avec un grand H par le prisme de quatre personnages fictifs, depuis l’entre-deux guerres jusqu’à la fin du conflit. Emile, un jeune bastognard, Mathilde, une institutrice transportant des messages pour la résistance, Robert, un soldat américain et Hans, un soldat allemand, vous accompagnent tout au long de la visite pour vous donner un point de vue subjectif et différent. Cette utilisation non conventionnelle de la narration permet une identification et une immersion bien plus grande dans le conflit.

Bastogne_War_Museum_Belgium

La mise en décor du musée est spécialement vivante, rendant les objets exposés éloquents

Cette impression est renforcée par les trois scénovisions, véritables reconstitutions multidimensionnelles et multi-sensorielles qui viennent ponctuer la visite. Vous vous trouverez parachutés tour à tour dans une conférence de presse annonçant le débarquement de Normandie, dans la neige et le froid des bois autour de Bastogne et enfin dans les caves d’un café au milieu des bombardements.

Bastogne_War_Museum_Belgique

C’est terrés dans les caves de la ville que les habitants ont passé, terrorisés, l’essentiel de la bataille

Bastogne_War_Museum

Les objets civils se taillent une part belle de la richesse muséale du Bastogne War Museum, comme ce nounours perdu lors de la bataille par une petite fille et rendu par un soldat américain © Bastogne War Museum

Le musée a été conçu pour offrir une vue large, complète et sans faux-semblants de ce qu’a été ce terrible conflit. A la différence d’une majorité de musées sur la bataille, le Bastogne War Museum porte également un intérêt particulier, non seulement aux aspects stratégiques du conflit, mais aussi au point de vue des civils pris entre deux feux.

Pas besoin donc de maîtriser l’histoire du second conflit mondial pour apprécier le parcours du musée : il a été conçu pour vous permettre de situer rapidement les enjeux de la guerre et de mieux comprendre les événements qui l’ont jalonnée, influençant fortement notre société moderne. Les pièces exposées, sélectionnées avec soin, parleront à tous, des plus jeunes aux vétérans.

Bastogne_War_Museum_Belgium

Le calme est revenu au Bois Jacques

Bastogne_trou_fusilier

Trou de fusilier du Bois Jacques

A votre sortie du musée, laissez-vous tenter par la découverte de certains vestiges du champ de bataille. Il est possible, par exemple, de visiter les foxholes (trous de fusiliers) du Bois Jacques, à quelques kilomètres. Rendu célèbre par la série télévisée « Frères d’armes » (Band of Brothers) – qui retrace le parcours de la Easy Company du 506th PIR, 101st Airborne depuis le Débarquement jusqu’à l’été 1945 – le bois est arpenté toute l’année par les passionnés de la Seconde Guerre et ceux qu’émeuvent la tragédie qui s’y est déroulée durant l’hiver 1944.

Préparer votre séjour à Bastogne

Bastogne_War_MemorialParcours fléchés, expositions, circuits commémoratifs, livres, films et conférences, animations pédagogiques… bien d’autres pistes de découverte vous sont accessibles une fois sur place… A expérimenter sans modération ! N’hésitez pas à contacter le musée pour obtenir de plus amples informations :

Bastogne War Museum
Colline du Mardasson, 5
6600 BASTOGNE – Belgique
+32 61 21 02 20 – info@bastognewarmuseum.be

 

S’imprégner d’un événement aussi intense et bouleversant que la Bataille des Ardennes nécessite de passer deux ou trois jours sur place. Pour rester dans un environnement historique, n’hésitez pas à réserver une chambre à l’hôtel du Vieux Moulin ou à l’ancien Relais Postal d’Asselborn (à 25 km). C’est là que logèrent les représentants de l’Université A&M du Texas, chargés de la mise en place de l’exposition « From Texas to Bastogne ».

La_Vallee_de_la_Paix_Asselborn

Un monument, la « Vallée de la Paix » y a été inauguré récemment, point de départ d’un circuit des mémoriaux de la Seconde Guerre dans les Ardennes luxembourgeoises.

Isle-la-Hesse_BastogneLe Château d’Isle La Hesse (le « Nuts Castle ») dans le périmètre encerclé de Bastogne, servit quant à lui de Quartier Général au Général McAuliffe et à son Etat-Major. On peut y louer un gîte quatre étoiles pour 8 à 16 personnes dans la partie du château occupée par les GI’s en 1944.

Laisser un commentaire

Merci de remplir tous les champs (votre adresse mail ne sera pas rendue publique)

Authenticité historique
Cadre et atmosphère
Qualité de l accueil
Niveau de confort

LOGEMENTS HISTORIQUES

VOTRE AVIS NOUS INTERESSE !